L'année 2010 s'est éteinte...

Publié le par travaildudimanche.over-blog.com

L'année 2010 s'est éteinte. Durant l'automne, nous avons battu le pavé pour une autre réforme des retraites, nous avons suivi le procès de la dioxine, nous retrouvons chaque dimanche matin les employées de ED. Or, la loi sur les retraites a été votée malgré l'opposition de milliers de manifestants, personne n'est coupable dans l'affaire de la dioxine, les « guerrières du dimanche » n'ont pas obtenu gain de cause après 69 semaines de mobilisation, il y a toujours des clients à ED et à Intermarché le dimanche matin malgré une sensibilisation intense.
Tout ça pour ça ? ...
Est-on condamné à baisser les bras ?

Écoutons plutôt un monsieur âgé de 93 ans mais tellement jeune en esprit, qui nous exhorte à nous indigner ( « indignez-vous » aux éditions Indigènes). Cet appel -que certains commentateurs n'hésitent pas à comparer à l'appel du 18 juin 40 du Général de Gaulle - est lancé par Stéphane Hessel, résistant de la première heure pendant la deuxième Guerre mondiale, corédacteur de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. C'est son indignation contre le nazisme et les conditions d'existence des hommes et femmes des pays occupés qui a déterminé son engagement.

Certes, les raisons de s'indigner dans le monde complexe d'aujourd'hui peuvent paraître moins nettes qu'au temps du nazisme. Pourtant, pas besoin d'aller chercher bien loin : l'écart grandissant entre les très riches et les très pauvres, l'état de la planète, le traitement fait aux sans-papiers, aux immigrés, la course au « toujours plus », à la compétition, la dictature des marchés financiers et jusqu'aux acquis bradés du Conseil National de la Résistance (retraite, Sécurité Sociale, presse indépendante, instruction publique, etc).
Nous qui défendons les intérêts des familles, nous pouvons rajouter à ce sombre tableau, l'augmentation actuelle ou programmée des dépenses contraintes (loyer, gaz, électricité, assurances, etc.) ; le coût parfois exorbitant de la santé ( médicaments non remboursés,franchises, dépassements d'honoraires de plus en plus fréquents chez les spécialistes, chirurgiens, anesthésistes); l'aide à la personne à domicile qui se trouve en grande difficulté ; le sort réservé aux familles pauvres expulsables d'un logement qu'elles ne peuvent plus payer, le chômage toujours inquiétant, etc.

La pire des attitudes serait l'indifférence, l'acceptation, croire qu'on n'y peut rien. Il ne s'agit pas non plus de nous embarquer dans le terrorisme. Stéphane Hessel est convaincu que la violence sous quelque forme qu'elle se manifeste aboutit inévitablement à l'échec. Par contre, il faut s'engager dans une « insurrection pacifique », cultiver l'espoir, la conviction que tout être humain peut jouer un rôle même infime au sein d'un réseau de solidarité, à condition que le souci d'éthique, de justice, d'équilibre durable devienne prévalent.

Agissons selon les propos de Pierre Mendes France, homme politique avisé :  la démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement un bulletin dans une urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis à se désintéresser, s'abstenir, se taire pendant 5 ans. Elle est action continuelle du citoyen et requiert à ce titre sa présence vigilante ». C'est dans cet esprit que quelques-uns se rassemblent chaque mardi soir à Albertville, à l'appel d'un syndicat, pour nous réchauffer le coeur au contact d'autres militants, pour nous indigner contre toutes les injustices, pour se persuader que des citoyens résistants peuvent encore agir, pour rester engagé et debout.

 

 

Juliette Montillet




Publié dans Tribune libre

Commenter cet article